Ashley Graham, la mannequin qui bouscule les codes

Il y a quelques jours, on découvrait les nouvelles couvertures du magazine Sports Illustrated Swimsuit pour 2016. Sur l’une d’entre elles figure Ashley Graham, une mannequin américaine dite « grande taille. » Il s’agit d’une première dans l’histoire du magazine. 

Lorsqu’elle a découvert qu’elle faisait partie du casting pour le Sports Illustrated, Ashley Graham n’en a pas cru ses yeux. Surprise de cette nomination et émue aux larmes, la jeune femme n’a pourtant rien à envier aux autres: elle est belle, pétillante et fut très convoitée lors des dernières fashion weeks. Ashley avait notamment fait parler d’elle lors de la fashion week de New-York l’année dernière, défilant pour la première fois pour une célèbre marque de lingerie, Addition Elle. Lors de son passage, elle a conquis au-delà de la planète mode. Ce qui la différencie des autres mannequins présentes dans le célèbre magazine américain? Son tour de taille (un 48). Sa présence en couverture du magazine témoignerait-elle (enfin) d’un changement des moeurs?

0214-ashley-810x960
© Sports Illustrated Swimsuit

Nous le savons, le milieu de la mode est impitoyable. Nombreuses sont les jeunes filles aux mensurations parfaites qui, pourtant, se font refouler par les plus grands de ce milieu: trop grosse, trop petite, hanches trop larges. Leur idéal? Proche de l’anorexie. Et le règlement lors d’un défilé est souvent très strict: ne pas sourire, ne pas s’amuser, rester neutre. Il s’agit donc de se comporter comme un mannequin en plastique dans un étalage.

Mais cela reflète-t-il réellement l’image de la femme? NON! Et le célèbre magazine américain semble enfin l’avoir compris. La beauté d’une femme ne se définit pas selon des critères établis par les géants de la mode. Il ne faut pas réfléchir très loin: leur but est de mettre en évidence leur collection, et non les femmes qui la portent. La femme, aujourd’hui plus que jamais, est indépendante; elle n’a d’ordre à recevoir de personne sur sa façon d’être, elle rayonne de par sa confiance en elle et son sourire, et non parce qu’elle rentre dans un 34.

Ashley Graham est fière de ses formes et en a fait son plus bel atout; il s’agit là d’un bel exemple à suivre. Sa une du magazine Sports Illustrated est un premier pas vers une nouvelle vision de la femme: la femme telle qu’elle est, bien dans sa tête et dans son corps. N’oublions pas que Marylin Monroe, icône indémodable admirée notamment pour sa grâce et sa beauté, était proche d’un 42. Alors en attendant que les autres géants de la mode suivent la tendance, n’oubliez pas d’aimer la femme que vous êtes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s